èƵ

Jeter coûte plus cher que de composter

Photo de Mathieu Hardy
Par Mathieu Hardy
Jeter coûte plus cher que de composter
Le compostage contribue à réduire la quantité de déchets enfouis et permet d'assurer une saine gestion des matières résiduelles. (Photo : Offerte par la RRGMRP)

Jour après jour, des centaines de Portneuvois ouvrent la poubelle pour y jeter des matières qui pourraient se retrouver ailleurs. Et à l’heure où tous les services sont assujettis à une hausse des coûts, la gestion des matières résiduelles, vos poubelles, n’y échappe pas.

Parmi les indésirables dans les sacs à ordure se trouvent des milliards de tonnes de déchets de table qui occupent une grande place dans les cellules d’enfouissement de la Régie régionale de gestion des matières résiduelles de Portneuf (RRGMRP) au lieu de transiter les bacs bruns et d’être destinées au compostage.

Augmentation des coûts

À l’invitation du Courrier à l’occasion de la Semaine québécoise de réduction des déchets (SQRD), le président de la RRGMRP, Bernard Gaudreau, a voulu sensibiliser la population à l’explosion des coûts en ce qui a trait à la gestion des déchets.

« Nous avons tous un effort individuel à faire », reconnaît-il, en entrevue. Et pour cause, la réduction des déchets, qui a un impact direct sur le coût des opérations. 

Jeter à la poubelle ce qui peut être composté, réemployé, recyclé ou revalorisé vient encombrer inutilement les cellules d’enfouissement de la Régie, évoque-t-il comme principal argument. Les coûts ont augmenté de manière importante, poursuit-il.

La redevance que doit verser la Régie au gouvernement vient de subir une hausse, elle aussi. À cela s’ajoutent les frais plus élevés pour l’entretien des équipements, la hausse des salaires versés aux opérateurs, entre autres.

Résistance au changement

Implantés depuis 10 ans dans la région, le compostage et les pratiques qui le sous-tendent n’ont pas encore trouvé que des adeptes. Certaines sphères de la population ont encore besoin d’être éduquées et convaincues des bienfaits du compostage des matières organiques, reconnaît Bernard Gaudreau.

« On de bons résultats, mais c’est évident qu’on peut encore faire mieux », souligne le président de la RRGMRP. 

La RRGMRP poursuivra ses campagnes de sensibilisation en faveur de la réduction des déchets enfouis, avise-t-il.

Bernard Gaudreau rappelle aussi que le compostage peut être pratiqué à l’année, en toute saison. « C’est entre autres pour ça qu’on a décidé de procéder à la collecte des déchets aux deux semaines », explique-t-il.

M. Gaudreau invite les citoyens qui ont besoin d’un bac roulant ou d’un bac pour la cuisine afin de pouvoir s’adonner au compost, à communiquer avec l’agente de sensibilisation de la RRGMRP.

Subvention pour le recyclage

Comme incitatif pour jeter moins et trier mieux, Bernard Gaudreau mentionne que, pour chaque tonne de matière recyclée, la Régie reçoit une subvention.

« Il y a clairement un avantage financier à adopter de saines pratiques en matière de gestion des matières résiduelles », argue-t-il.

Et comme tout commence dans vos maisons, il importe de savoir comment s’y prendre. À ce propos, le site de la RRGMRP regorge d’informations, notamment sur les procédés déployés à l’écocentre de Neuville et présentés sous forme de capsules vidéos.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires