èƵ

Dieu et la règle de droit

par Robert Jasmin
Dieu et la règle de droit

Voici une définition de la règle de droit qui fait consensus dans les pays démocratiques : la règle de droit désigne l’ensemble des normes juridiques applicables à tous et cette règle, générale, impersonnelle et obligatoire, sera sanctionnée par l’autorité publique en cas de violation. Par exemple, le Code criminel canadien stipule ceci à l’article 319 (2) : «commet un acte criminel, quiconque, par la communication de déclarations fomente volontairement la haine contre un groupe identifiable».

Mais ce Code criminel canadien prévoit une exception : l’exception religieuse. Vous êtes autorisés à tenir des propos haineux y compris souhaiter l’extermination d’un groupe d’êtres humains si ces propos sont fondés sur la religion. Ainsi, si votre religion vous dit qu’il plairait à Dieu que tous les homosexuels ou les incroyants ou les sionistes soient exterminés, vous allez pouvoir le crier sur tous les toits sans être importunés. La preuve : le récent refus du directeur des poursuites criminelles du Canada de déposer des accusations contre l’imam montréalais Adil Charkaoui.

Cet imam, tristement connu et reconnu pour ses propos incendiaires, a déclaré devant une foule de manifestants le 28 octobre dernier : «Allah, charge-toi de ces agresseurs sionistes, décompte les tous un à un puis extermine-les et n’épargne aucun d’entre eux !» Une plainte fut logée et une enquête a suivi. La semaine dernière, le Directeur des poursuites criminelles a livré le fruit de cette enquête : aucune demande d’inculpation devant un juge ne sera déposée. L’affaire s’arrête la!

Que voulez-vous, comme disait jadis Jean Chrétien, l’imam avait fait son appel à l’extermination des sionistes en en confiant la mission à Dieu ! Sauvé par sa religion ! Au Canada, on ne badine pas avec la religion ! Les êtres imaginaires ne sont pas soumis aux lois des hommes réels. Ils sont là pour vous protéger contre des poursuites criminelles.

Heureusement, certains veillent au grain : le Bloc québécois est récemment revenu à la charge avec un projet de loi qui ferait disparaître l’exception religieuse de l’article 319 du code criminel et qui permettrait aux autorités de poursuivre et d’inculper les Charkaoui de ce monde. On chuchote à Ottawa que même Trudeau serait d’accord.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires